«Mettre en valeur l’entraîneur local»

Partager

Le président de l’Association des entraîneurs de football de la wilaya de Béjaïa (AEFB) parle dans cet entretien des motivations qui l’ont poussé, lui et ses collègues, à créer l’AEFB.

La Dépêche de Kabylie : Comment avez-vous lancé l’association que vous présidez ?

Farid Yakouben : On a décidé de lancer cette association il y a maintenant six mois, après avoir constaté qu’aucun entraîneur de la wilaya de Béjaïa n’exerce ou n’entraîne un club des divisions allant de l’Inter-régions à la Ligue 1. Cette association a été justement lancée pour accompagner l’entraîneur local.

Il a fallu cinq mois pour obtenir l’agrément, n’est-ce pas ?

Effectivement, la première assemblée générale a été organisée au mois de septembre 2018. Ce n’est que cinq mois plus tard que nous avons obtenu l’agrément. On s’est aussitôt attelés à exécuter notre programme.

Quels sont les objectifs de l’association à moyen et à long terme ?

Il est principalement question de mettre en valeur l’entraîneur local et d’honorer comme il se doit notre wilaya. Il faut savoir qu’Béjaïa, il y a au moins 300 entraîneurs, mais la majorité n’entraîne que des clubs locaux évoluant du pré-honneur à la Régionale 1, pas plus. La plupart sont marginalisés et cela ne les arrange pas. Pour cela, j’ai dit dès le début que notre objectif dans l’immédiat, c’est d’accompagner l’entraîneur de la wilaya à progresser.

Certains fustigent les clubs locaux, notamment ceux qui jouent dans les paliers supérieurs…

J’allais en venir… La qualité et la pâte existent à Béjaïa. On a vu des clubs de l’élite ramener des entraîneurs d’ailleurs, en mettent tous les moyens à leur disposition, mais concernant l’entraîneur local, il est souvent mis de côté, voire oublié. Le manque de publicité en faveur de l’entraîneur local, contrairement à ceux des autres régions et d’autres pays, fait que ce sont souvent ces derniers qui sont recrutés.

On vous laisse le mot de la fin…

Ma conviction est dictée par le fait que les entraîneurs de la wilaya ont un bagage intéressant et sont capables de driver des clubs de paliers supérieurs. Pour terminer, je vous informe que nous avons programmé un séminaire pour la 2e semaine des vacances du printemps (mars) sur la «Périodisation tactique».

Entretien réalisé par Rahib Medhouche

Partager