Accueil A la une Les projets de la santé à la traîne

Bouira - Hôpitaux de M’Chedallah, Bordj Okhriss, Aïn Bessem et polyclinique d’Ath Leqsar

Les projets de la santé à la traîne

342

Malgré la récente annonce du déblocage du projet de réalisation d’un complexe hospitalier mère et enfant, plusieurs autres importants projets du secteur de la santé dans la wilaya de Bouira demeurent bloqués ou gelés. Il s’agit, entre autres, des nouveaux hôpitaux projetés à M’Chedallah, Aïn Bessem, Bordj Okhriss, en plus d’une polyclinique à Ath Leqsar.

Des projets structurants et très attendus par les populations de ces communes. Ainsi, le secteur de la santé dans la wilaya de Bouira souffre d’un énorme manque en matière d’infrastructures et même de personnel qualifié. De ce fait, le nombre de médecins spécialistes exerçant au niveau des cinq hôpitaux de la wilaya restent insuffisant. Les patients sont alors souvent obligés de s’adresser aux médecins et aux cliniques privés, qui pullulent ces dernières années au sein de la wilaya. Par ailleurs, il est à préciser que plusieurs actions de protestation ont été menées par les citoyens, afin de réclamer la relance et la mise en service de ces projets.

C’est le cas, notamment, de ceux de la commune de M’Chedallah, qui ont même organisé une marche, l’été dernier, dans le but de réclamer la relance du projet de l’hôpital de 120 lits. Malheureusement, malgré les assurances des responsables de la wilaya, ses travaux de réalisation se sont définitivement arrêtés suite à la suspension par la Direction de la santé du contrat de l’entreprise réalisatrice, alors que le taux d’avancement des travaux n’a pas dépassé 50 %. Depuis cette résiliation, aucune nouvelle entreprise ou bureau d’études n’a été désigné pour achever les travaux.

Scénario presque similaire pour le projet de la polyclinique d’Ath Leqsar, dont les travaux sont à l’arrêt depuis 2014, alors que leur taux a dépassé 70 %. Pour ce projet tant attendu par la population de cette région, une nouvelle entreprise a été pourtant nommée au mois de septembre dernier et un budget a même été débloqué sur le budget de wilaya. Cependant, plusieurs mois après la désignation de cette entreprise, les travaux n’ont toujours pas été relancés.

D’après certaines sources proches de ce dossier, la nouvelle entreprise retenue a contesté le montant de l’enveloppe financière réservée à la relance de ce projet. Elle a par la suite refusé de reprendre le chantier. Une enquête a d’ailleurs été ouverte suite à une instruction du wali de Bouira, dont la population de cette commune attend toujours les conclusions. Mais elle s’impatiente surtout de voir les travaux relancés.

Par ailleurs, concernant les projets de réalisation des nouveaux hôpitaux d’Aïn Bessem (120 lits) et de Bordj Okhriss (90 lits), les travaux stagnent et aucune suite n’a été donnée aux nombreuses sollicitations des citoyens de ces deux communes. D’autres projets demeurent également gelés depuis plusieurs années dans la wilaya, à l’image de ceux ayant trait à la réalisation d’une école paramédicale, au chef-lieu de wilaya, et d’une annexe de l’Institut Pasteur à Sour El Ghozlane.

Oussama Khitouche