Zidane de retour !

Partager

Immense surprise du côté de l’Espagne puisque Zinédine Zidane va effectuer son retour pour remplacer Santiago Solari, après son départ en mai 2018. C’est une quasi-certitude, Santiago Solari va perdre son poste au Real Madrid.

Fragilisé suite à l’élimination en Coupe du Roi et en Ligue des Champions, l’entraîneur argentin devrait prendre la porte dans les prochaines heures. Mais alors que le nom de José Mourinho a été évoqué pour prendre le relais du Sud-Américain, c’est un autre ancien entraîneur merengue qui devrait griller la politesse au Portugais. En effet, Zinedine Zidane devrait bel et bien retrouver le Real!

Alors qu’El Pais affirmait ces dernières heures que l’entraîneur français attendait la fin de la saison pour se décider, El Chiringuito de Jugones, mais également Marca et la Cadena COPE, expliquent que le champion du monde 1998 a donné son accord à Florentino Pérez pour remplacer Solari.

Selon les médias espagnols, le retour de Zidane, qui a quitté la Maison Blanche en mai dernier en raison de divers désaccords, comme le maintien de Gareth Bale dans l’effectif ou encore la vente de Cristiano Ronaldo, en froid avec le président madrilène, pouvait être annoncé hier en fin de soirée. Bien évidemment, il s’agirait d’une bonne nouvelle pour les fans du club royal.

En deux ans et demi à la tête de l’équipe première, Zidane a réussi à remporter la Ligue des Champions consécutivement, un exploit qu’aucun autre entraîneur n’avait réalisé jusque-là. Un retour qui pourrait calmer les tensions palpables au sein du vestiaire madrilène, au bord de l’implosion depuis quelques semaines. Le Français dirigera son premier entraînement à Valdebebas ce mardi matin.

Il aura pour mission première de pacifier – comme lors de son premier passage – un vestiaire miné par les tensions (les états d’âme de Marcelo, les coups de gueule de Sergio Ramos, le cas Isco, l’isolement de Gareth Bale) et largué par le FC Barcelone au classement de Liga (12 points de retard après 27 journées). Annoncé avec insistance du côté de la Juventus Turin ou Chelsea, le champion du Monde 1998 a donc décidé de revenir au Real, où il a construit sa légende en remportant les trois dernières Ligues des Champions, une Liga, deux Mondiaux des Clubs, deux Supercoupes d’Europe et une Supercoupe d’Espagne. Un sacré défi en perspective. Une sacrée de prise de risque.

Ramos, les nerfs à vif

Sergio Ramos (32 ans) a perdu le sourire. Si solide, si impérial et si dominant durant de nombreuses saisons, le défenseur central traverse une période très compliquée, à l’image de son club. En effet, l’élimination du Real Madrid en Ligue des Champions a fait très mal au capitaine merengue, suspendu lors de la débâcle contre l’Ajax Amsterdam (1-4), mardi, pour avoir écopé d’un carton jaune volontaire au premier match.

Depuis, le solide roc espagnol a semble-t-il perdu le contrôle. Ainsi, Marca explique que Ramos n’hésite plus à franchir la ligne rouge pour exprimer son mécontentement. La dernière victime de son courroux ? Marcelo. A en croire le journal madrilène, les deux capitaines ont eu un vif échange lors d’un entraînement avant la victoire contre Valladolid (1-4), dimanche.

En cause, la joie un peu trop démonstrative du latéral gauche lors d’une opposition banale qui n’a pas du tout plu au défenseur central, remonté de nombreuses minutes malgré l’intervention de ses coéquipiers pour empêcher que cet échange musclé s’envenime entre les deux dinosaures du vestiaire. Marcelo n’est pas le seul à s’être retrouvé dans le viseur de Ramos.

ABC explique de son côté que le champion du monde 2010 en veut terriblement à Isco, qui n’a pas pris place dans le bus pour se rendre au Santiago Bernabeu, mardi, suite à sa mise à l’écart pour la réception de l’Ajax. Une attitude soliste qui lui a valu les remontrances de son aîné. A ces deux prises de bec, il faut rajouter la tension palpable entre Ramos et son président, Florentino Pérez. L’ancien Sévillan a reproché à son supérieur la mauvaise gestion après les départs de Zinedine Zidane et Cristiano Ronaldo, le menaçant de mettre les voiles si rien ne changeait. Des tensions à tous les étages qui prouvent que le Real arrive à la fin d’un cycle.

Partager