Manque de transport

Partager

Le transport en commun, au niveau de la localité de Kallous, relevant de la commune d’Aomar, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Bouira, est très restreint pour ne pas dire inexistant dans certains villages. Cette “ crise” du transport, agace bon nombre d’usagers qui rencontrent les pires difficultés à rejoindre leur lieu de travail ou tout simplement vaquer à leurs occupations. En effet, à l’arrêt de bus de cette localité les quais sont quasi-déserts, laissant les citoyens livrés à leur triste sort. Les bus à destination de Bouira, Kadiria ou même le chef-lieu communal, se font très rares. À titre d’exemple, la fréquence de passage des bus conduisant à Aomar-ville, est de l’ordre d’un bus toutes les 45mn. Encore plus édifiant, pour rejoindre la commune de Lakhdaria, il faut s’armer de beaucoup de patience, car entre deux bus, il s’écoule pas moins d’une heure, dans le meilleur des cas. Cette pénurie de transport privé trouverait son explication, selon les quelques usagers interrogés, dans le fait que les transporteurs seraient trop gourmands et qu’ils privilégieraient les grandes agglomérations, au détriment des petites bourgades. : « Les transporteurs privés se fichent pas mal des citoyens, ils desservent uniquement là où ils peuvent remplir leurs bus. Comme Kallous ne dispose pas d’un grand nombre d’usagers, ils préfèrent carrément l’exclure de leur itinéraire », ont indiqué la majeure partie des citoyens croisés au niveau de la gare. Mehdi, ouvrier dans le bâtiment, nous confia : « Il n’y a pas si longtemps, j’étais receveur dans un bus qui faisait la navette Kadiria-Bouira, et bien figurez-vous, que le chauffeur sacrifiait certaines localités sciemment ». À la question : pour quelle raison faisait-il cela ? Notre interlocuteur répondit : « Mafihoumche el fayda ! ». Du côté des principaux mis en cause, à savoir les transporteurs, on réfute catégoriquement cette version. Bon nombre d’entre eux, incriminent la direction des transports de la wilaya, qui serait, d’après eux, responsable de cette “ anarchie”. « Nous avons demandé à plusieurs reprises à la DTW de nous octroyer des lignes directes pour Kallous et d’autres localités, mais à chaque fois, on nous a demandé de faire escales, ou pire encore, des détours de plusieurs kilomètres. C’est absurde!», fulmine Abbas, transporteur de son état..

Ramdane.B

Partager