Et si on revenait aux sachets payants !

Partager

La dégradation de la planète est un phénomène grandissant. Nous sommes parvenus au point d’épuisement des ressources énergétiques.

Les grands scientifiques essaient de promouvoir la préservation de l’environnement afin de diminuer la pollution, mais ils ne semblent pas s’entendre et parvenir à un consensus. Celle-ci est causée, en partie, par le plastique et ses composants, ainsi que les cannetes en aluminium. Bien de consommation, essentielles pour les uns, aberration écologique pour les autres, les bouteilles en plastique et les cannettes en aluminium, on en trouve partout, bouteilles d’eau, de boissons alcoolisées, de boissons gazeuses et beaucoup d’autres emballages alimentaires. Tout notre environnement est pollué par ces matières à base toxique, pour les humains comme pour l’environnement, et pourtant nous les utilisons quotidiennement. Et les conséquences pour la santé humaine commencent tout juste à être appréhendées ! Les emballages en cartons, en verre et en plastique constituent une masse importante de nos déchets. Leur atteinte à l’environnement, notamment dans une région telle que la Kabylie, est particulièrement préoccupante. Et si l’état Algérien reprenait son ancien système, en instaurant des consignes pour les bouteilles de bière, tout en interdisant l’utilisation des canettes en aluminium ? Et si les sachets en plastiques redevenaient payants comme au bon vieux temps ? Le résultat se serait surement manifesté par moins de déchets, et vue de l’extérieur, Tizi-Ouzou était dénommée “la petite Suisse», pour son calme et sa propreté. Aujourd’hui, un habitant produit, en moyenne, 2kg de déchets par jour, entre bouteille en plastique, canette en aluminium et autres déchets ménagers. Cette quantité ne fait que croître chaque année. De près de 280kg/an de déchets par habitant dans les années 80, on est passés à un peu plus de 440kg/an aujourd’hui, dont seulement la moitié peut être recyclée. Comment expliquer une telle croissance? Les modes de consommation ont évolué notamment avec l’apparition de beaucoup plus d’emballages et de portions individuelles. Plus que jamais, le tri est à développer. Aujourd’hui, ce sont des milliers de kilos d’emballages alimentaires qui sont recyclés par an et par habitant. Soit l’équivalent de plusieurs bouteilles en plastique et en verre, des boîtes de conserve en acier et canettes en aluminium. Ce poids ne représente que la moitié du gisement potentiel à collecter.

S. B.

Partager