Bientôt une cantine pour l’école de Tassoukit

Partager

Enfin, les travaux de réalisation d’une cantine scolaire pour l’école primaire de Tassoukit relevant de la commune de Tizi N’Tleta ont été lancés. Il est à noter que ce projet a été accordé par les responsables du secteur depuis 2009. Un montant financier de l’ordre de 910 millions de centimes a été alloué pour sa réalisation. Les responsables ainsi que le comité du village de Tassoukit ont entrepris des démarches auprès d’un bienfaiteur, pour l’acquisition d’un terrain sur qui doit être réaliser cette cantine, ce qui a trouvé un écho favorable. Par la suite, le sol s’avère inadéquat à la réalisation d’une telle infrastructure (sous prétexte que le terrain est accidenté). Un autre proposé fut trouvé l’année dernière, à l’unanimité et qui consiste en la démolition des sanitaires et du bureau de l’administration pour la réalisation de cette cantine en R+1. « C’est un bon choix puisque le terrain alloué par ce bienfaiteur est accidenté », a avancé M. Zeghoud Belkacem, élu à l’APC de Tizi N’Tleta. À l’occasion de la célébration du 51e anniversaire de l’Indépendance et la fête de la jeunesse, les travaux de démolition ont été lancés, « c’est un projet qui ne date pas d’hier. Il a mis beaucoup de retard pour qu’il soit lancé et l’étude du sol effectuée et la décision de l’implanter à l’enceinte de la cour de l’établissement ont pris beaucoup de temps ». Du coté des parents d’élèves, l’un d’eux dira « C’est la fin de ce feuilleton du vas et viens entre l’école et la maison. Les enfants ont beaucoup souffert, notamment dans la période hivernale où ils arrivent trempés et souvent en retard à l’école ». Par ailleurs, il y a lieu de signaler que le CEM d’Ait Abdelmoumène ne dispose, malheureusement, pas de cantine scolaire depuis son ouverture aux années 80. Les collégiens souffrent le martyr à chaque midi. Les responsables de l’établissement, que nous avons apostrophés regrettent cet état de fait : « c’est pratiquement le seul établissement qui n’a pas été doté d’une structure pareille ». Ce dernier argumente en revanche « c’est le foncier qui pose problème ». Il convient de dire que certains collégiens parcourent, quotidiennement, plus d’un kilomètre entre leur domicile et leur école. Une solution doit être trouvée pour fournir un repas chaud aux élèves les plus éloignés.

A. G.

Partager