Trois faussaires sous les verrous

Partager

Les agents de la brigade économique et financière de la PJ de Béjaïa ont réussi, dimanche dernier, à démanteler un dangereux réseau transnational spécialisé dans la falsification de billets de banque, avons-nous appris de la cellule de communication de la sûreté de wilaya. La même source précise que deux individus, un ressortissant malien et un binational (nationalité camerounaise et algérienne), ont été interpellés, dans la nuit de dimanche à lundi dernier, au centre ville de Béjaïa, près de l’hôtel Chréa, alors qu’ils avaient sur eux une mallette métallique remplie de liasses de papiers de couleur violet imbibées d’un produit chimique. L’arrestation de ces deux faussaires a permis aux enquêteurs, qui surveillaient la bande pendant près d’un mois, d’interpeller, quelques minutes plus tard, leur acolyte de nationalité malienne plus connu sous le sobriquet Idriss le technicien, au lieu dit « les quatre chemins ». Ce dernier était en possession du reçu d’achat de la mallette. Après leur audition, les trois escrocs, âgés de 29 à 43 ans, ont reconnu les faits qui leur sont reprochés, à savoir la détention de matériels et produits destinés à la falsification de billets de banque, notamment des euros en coupures de 50 et 100 euro. Les trois présumés faussaires ont été présentés devant le parquet près la cour de Béjaïa, le lendemain, et placés en détention provisoire pour « constitution d’un groupe de malfaiteurs, détention de matériels destinés à la falsification de billets de banque et usurpation d’identité ». Par ailleurs, les éléments de la PJ de la sûreté de daïra d’Ouzellaguen ont interpellé lors d’une patrouille, un ressortissant malien pour « séjour illégal sur le territoire national ». Ce dernier avait sur lui une carte consulaire contrefaite portant le nom de D. K., 27 ans, de nationalité malienne et résident à Delly Ibrahim. Transféré aux locaux de la sûreté de daïra, ce dernier a avoué aux policiers qu’il faisait des va-et-vient entre Alger et Béjaïa, depuis six mois, et s’apprêtait à faire la traversée de la méditerranée pour rejoindre l’Espagne. Présenté en fin de semaine, devant le procureur du tribunal d’Akbou, il a été écroué pour « séjour illégal sur le territoire national et falsification de pièce d’identité ». 

Dalil S.

Partager