« Le préambule de la constitution doit inculquer la culture de la paix »

Partager

Dans le cadre des consultations sur la révision de la constitution, la secrétaire générale du parti des travailleurs, Mme Louiza Hanoune, a appelé hier, à Alger, à la constitutionnalisation de plusieurs droits économiques et sociaux. De ce fait, la SG du PT a mis l’accent sur la nécessité « d’inculquer la culture de la paix dans le préambule de la prochaine constitution, et de régler les conflits avec civilisation, notamment à travers les dialogues », a indiqué Mme Hanoune lors d’un point de presse donné à l’occasion de la réunion du bureau politique de son parti. Cette réunion vient pour évaluer le programme d’activité du parti, préparer l’université d’été et discuter des propositions qui seront soumises au chef du cabinet de la présidence, M. Ahmed Ouyahia, dans le cadre des consultations sur la révision constitutionnelle. « Le PT ne peut rester indifférent à toutes démarches qui concernent le sort de la nation », a-t-elle dit. En effet, la porte-parole du PT a fait savoir que sa formation politique a rédigé une série de propositions qui « ciblent à démocratiser davantage le régime, notamment à travers l’indépendance de la justice, l’inculcation de la citoyenneté effective et l’officialisation de la langue Amazighe. » Il s’agit  de la constitutionnalisation des droits sociaux et les acquis économiques, afin « de préserver l’économie nationale », a-t-elle plaidé. Tout en saluant la déclaration du ministre des Affaires étrangères, Ramtan Lamamra, qui a écarté toute intervention militaire au Mali, Mme Hanoune a appelé à « constitutionnaliser ce principe de l’Etat algérien ». La même responsable a estimé que la révision de la constitution doit être suivie de la révision de toutes les réformes politiques et des élections anticipées. Par ailleurs, abordant la participation des personnalités de l’ex front islamique du salut (FIS), la conférencière dira qu’ « elle ne fait aucun commentaire là-dessus, car cela relève des prérogatives du président de la République. »

     

Samira Saïdj

Partager