Plus de 250 000 stagiaires attendus

Partager

Les établissements de la formation professionnelle au niveau national recueilleront, aujourd’hui, plus de 250 000 nouveaux stagiaires. Dans une déclaration faite à l’APS, la directrice de l’orientation, des examens et des homologations au ministère de l’enseignement et de la formation professionnelle, Ouardia Khaldi, a fait état de pas moins de «25 301 nouvelles stagiaires dans le cadre de la formation destinée à la femme au foyer, ainsi que 1041 nouveaux stagiaires en milieu rural et plus de 2 500 nouveaux stagiaires dans les établissements privés de la formation», a-t-elle fait savoir et d’ajouter : «Plus de 100 000 stagiaires seront en formation résidentielle et plus de 68 000 autres en formation par apprentissage». A retenir que 2 285 nouveaux stagiaires aux besoins spécifiques sont attendus, également, au niveau des centres régionaux destinés à cette catégorie et situés à Alger, Relizane, Boumerdès et Laghouat. La même responsable a, aussi, fait savoir que le département de Badoui a mis en place pas moins de 340 spécialités dans les domaines de l’agriculture, du bâtiment, des travaux publics, de l’industrie pétrolière, des eaux, de la pêche et de l’aquaculture. En ce qui concerne les stagiaires, dont le niveau est inférieur à la 4ème année moyenne, le ministère de l’enseignement et de la formation professionnelle leur a créé 86 spécialités, à l’image des métiers de l’artisanat, dont carreleur et aide électricien, outre l’introduction de spécialités liées aux industries du textile au niveau des entreprises économiques activant dans ce domaine. Par ailleurs, La fédération nationale des personnels du secteur de la formation professionnelle avait fait état d’un comité commun de consultation entre les représentants de la fédération nationale des personnels du secteur de la formation professionnelle et ceux de l’administration centrale, qui a été mis en place suite à sa réunion avec la tutelle. «Cela cible à trouver des solutions adéquates aux doléances socioprofessionnelles des travailleurs du secteur et mettre fin aux empêchements des activités syndicales», a indiqué un membre du syndicat. Ce dernier a tenu à souligner la nécessité d’ouvrir les portes du dialogue au niveau de toutes les directions de la formation professionnelle.

Samira Saidj

Partager