Rien ne va plus à l’université de Béjaïa

Partager

La protestation estudiantine s’inscrit dans la durée à l’université de Béjaïa. En effet, les deux campus de l’université de Béjaïa ont été paralysés, hier matin, pour la énième fois.

Il semble que rien ne va plus à l’université de Béjaïa, la coordination locale des étudiants ne lâche pas l’affaire des 600 étudiants exclus et réclame, entre autres, l’accès au master sans conditions et l’amélioration de leurs conditions sociopédagogiques qui «ne cessent de se détériorer». En outre, les étudiants en sciences infirmières sont en grève depuis plus d’un mois, réclamant sans cesse la délivrance et la reconnaissance de leur diplômes par le ministère de la santé de même pour les étudiants en architecture qui sont aussi en grève pour le même motif. Une enseignante du campus de Targa Ouzemou a essayé hier matin, de pénétrer à l’intérieur du campus de Targa Ouzemour, et ce, en forçant le portail, ce qui a failli coûter la vie à deux des étudiants qui lui ont coupé la route en lui expliquant qu’ils sont en grève. «Elle nous a traités de tous les noms d’oiseau», s’indigne un membre de la CLE, que nous avons rencontré sur place. Par ailleurs, les représentants de la CLE nous ont déclaré que leur mouvement de protestation sera maintenu jusqu’à la satisfaction de leurs revendications et que : «si l’administration ne répond pas favorablement à nos doléances, nous allons procéder à des actions plus radicales. Qu’ils assument leurs responsabilités à ce moment-là».

Hafid Nait Slimane

Partager