Le maire accuse «la mafia du foncier»

Partager

La mairie de Oued Ghir a été de nouveau fermée, hier, par des dizaines de citoyens, pour protester contre « la décision de démolition de leurs habitations en cours de construction » prise par le P/APC de cette municipalité.

Ces maisons «illicites», affirme l’édile communal, «sont construites sur des terrains domaniaux squattés par une mafia locale du foncier». «Il y a trois individus que je qualifie de mafia du foncier qui sont derrière ce mouvement de protestation. Ils ont squatté des terrains domaniaux sis à proximité de la décharge communale qu’ils vendent à des gens d’autres localités avec des prix dérisoires. Ils ont même placardé des affiches dans la commune de Bouâandès, relevant de la wilaya de Sétif, proposant à ses habitants des lots de terrains à 1500 DA/m2», a dénoncé le P/APC, Yacine Ramdani, qui se dit déterminé à éradiquer les constructions illicites sur le territoire de sa commune. «J’ai esté ces trois individus en justice. L’affaire devrait passer en référée dans les heures qui viennent», a-t-il souligné. En outre, le maire de Oued Ghir accuse «cette mafia du foncier» de recourir «à la manipulation et au mensonge» pour tromper l’opinion publique. «Ils ont manipulé des jeunes de 20 ans, encagoulés, pour fermer le siège de l’APC et le parc communal. Je pense que cette mafia du foncier est actuellement sous la pression des personnes auxquelles elle a vendu des terrains et qui redemandent le remboursement de leur argent», a indiqué le P/APC de Oued Ghir. Ce dernier a annoncé par ailleurs, qu’il fera appel à la force publique en vue d’ouvrir le siège de l’APC et le parc communal, si ces protestataires maintiennent ce mouvement de protestation. «Je vais saisir qui de droit pour rouvrir la mairie et le parc communal. En plus, j’informe ces gens que je continuerai à démolir la dizaine de maisons qui restent sur le site squattés», a-t-il averti.

Boualem Slimani

Partager