La prise en charge s’organise

Partager

Située à une dizaine de kilomètres du chef-lieu communal, la localité de Laâlam après un premier séisme au début des années 80 et les incursions terroristes une dizaine d’années plus tard, a été frappée par un séisme de magnitude 5,8 sur l’échelle de Richter dans la nuit de lundi. Après ce séisme qui a secoué toute la région est de Béjaïa l’heure est à la prise en charge des sinistrés. Pour cela, une cellule de crise a été installée et est présidée par le wali qui est assisté par le chef de daïra de Souk El Tenine, le président de l’APC de Tamridjt et les autorités compétentes, et a installé son PC au niveau de l’école primaire. Travaillant nuit et jour, ses membres s’affairent à recevoir les dons et à les distribuer aux sinistrés. Les répliques faisant, les citoyens sont sur le qui-vive et ont les nerfs à fleur de peau et cela se répercute sur leur comportement et leurs discussions avec les membres de cette cellule qui paraissent dépassés par les événements et très fatigués.Certes, il y a une trentaine de maisons totalement détruites mais les autres aussi ont subi des fissurations et c’est donc toute la population qui est sinistrée et qui passe la nuit à la belle étoile.Les maisons ont été remplacées par des tentes, la coupure générale d’eau par les camions citernes et les fardeaux d’eau minérale, mais jusqu’à quand ? En attendant les solutions adéquates, il faut quand même reconnaître aux autorités leur disponibilité et la prise en charge réelle des sinistrés.

A. G.

Partager