Le comité communal réclame une commission d’enquête de l’IGF

Partager

La crise qui secoue, depuis plus de quatre mois maintenant, la maison du Croissant rouge algérien (CRA), dans la wilaya de Béjaïa, ne semble pas près de connaître son épilogue. Les membres du comité communal de Béjaïa et les bénévoles humanitaires, qui les soutiennent, en grève de la faim depuis le 8 mars dernier, viennent de fermer le siège du comité de wilaya du CRA pour exiger la satisfaction de leurs revendications. Il s’agit, dans un premier lieu, de l’ouverture du siège du comité local de Béjaïa, fermé sur ordre de justice émanant de la cour de Béjaïa, suite à un procès intenté à l’encontre de ses membres par le président du comité de wilaya. En outre, ces protestataires réclament, dans un communiqué rendu public, «l’envoi d’une commission d’enquête de l’Inspection générale des finances (IGF) pour réaliser un audit de la gestion financière du comité de wilaya de 2012 à 2017». Le bilan financier de ce comité, rappellent les rédacteurs de ce communiqué, «a été rejeté par l’Assemblée générale réunie à Akbou le 09/09/2015.» Par ailleurs, les membres du comité communal de Béjaïa demandent au ministre de la Justice «l’ouverture d’une enquête auprès de la cour de Bejaïa pour enquêter sur les plaintes et jugements relatifs aux affaires du croissant rouge algérien». Dans ce même sillage, ils reprochent à la DRAG sa délivrance «d’autorisation à des personnes non habilitées pour l’organisation d’une AGE du CRA Béjaïa le 18/10/2014». Dans l’attente donc de l’envoi par les pouvoirs publics de ces commissions d’enquête, les membres élus du CRA communal de Béjaïa et les bénévoles de cette organisation humanitaire se disent déterminés à maintenir le blocus sur le siège de wilaya jusqu’à satisfaction de leurs doléances. Dans un autre chapitre, les frondeurs sont très remontés contre la présidente nationale du CRA, en l’occurrence Mme Saïda Benhabiles, à qui ils imputent la responsabilité de la crise que vit depuis plusieurs mois le CRA de Béjaïa. «Nous refusons d’assumer les erreurs de Mme Benhabiles», a-t-on affirmé. Par ailleurs, dans une lettre adressée à la présidente du Croissant rouge algérien, pas moins de douze comités locaux du CRA ont apporté leur soutien à l’actuel comité de wilaya. «Nous, membres des comités du croissant rouge algérien des communes de la wilaya de Béjaïa, apportons, par le biais de cette lettre, notre soutien au président du comité de wilaya, M. Bouzid Belkacem, qui a mis fin à la mauvaise gestion dans quelques comités locaux après avoir constaté des dépassements et la violation des statuts régissant cette organisation humanitaire», écrivent les signataires de la lettre, soulignant leur volonté de remettre la CRA sur les rails du travail humanitaire. Dans leur missive, ces derniers accusent leurs pairs de quelques comités communaux de Béjaïa d’avoir, entre autres, «refusé de prendre en charge les migrants subsahariens se trouvant sur le territoire de la wilaya», de «tentative d’intrusion dans les locaux du bureau de wilaya sans motif», de «menaces et apologie de la violence», de «comportements nuisibles à la bonne réputation du CRA», de «divulgation des secrets du CRA», de «la non-application des décisions de justice»&hellip,; invitant la présidente du CRA à intervenir pour mettre fin aux agissements de quelques membres des comités communaux et rendre à cette organisation ses lettres de noblesse.

B. S.

Partager