De l’abstraction concrète

Partager

Dans l’absolu, l’abstrait, explique le Petit Robert, opère sur des qualités et des relation et non sur la réalité. S’agissant de la peinture et parce que dans ce cas l’abstrait se passe de mots et n’interpelle que la sensibilité, saisir le message de l’artiste ou s’approprier, le temps d’une exposition, l’œuvre abstraite pour en saisir sa ou ses propres lectures, n’est pas à la portée des novices et encore à des néophytes. Le tableau devient tout de suite relativement saisissable, dès lors que le maître d’œuvre vous explique avec des mots concrets les portées des couleurs et des formes. C’est ce que le jeune Drici Hacène, artiste peintre de Bouira, fait systématiquement toutes les fois qu’il expose. Sa démarche est, nous le fera-t-il comprendre, pédagogique. Cela ne veut pas dire que l’artiste “livre” en vrac son tableau au public. En fait, il se limite, et c’est déjà trop demander à l’artiste, à expliquer “le sens” des couleurs et celui des formes. Ensuite, c’est au visiteur, relativement initié, de laisser surfer sa sensibilité d’un tableau à un autre. Tout en ayant conscience que les amateurs de l’art en général, et de l’art abstrait, en particulier, ne se bousculent pas aux portes – quand portes il y a – des galeries. Le jeune peintre ne désespère pas qu’un jour plus de gens s’intéresseraient à l’art. Pour ce faire, il considère que l’école à un grand rôle à jouer. Il estime aussi qu’en attendant que l’école initie au beau, la multiplication d’expositions et de rencontres avec le public participerait sans aucun doute à la vulgarisation de l’art.“Séisme”, “la femme”, “l’enfance” sont tout autant de thèmes abordés par l’artiste peintre. En somme, en exploitant son vécu et celui des autres, Drici Hacène puise dans la réalité son art abstrait.

T. O. A.

Partager