“Bouira fait partie de la Kabylie ! ”

Partager

La Dépêche de Kabylie : La Kabylie fête deux Printemps. Comment appréciez-vous ces deux parcours ?ll Abdeddou Djaffar : Au-delà de toute démagogie, je trouve que le combat a réussi des avancées non négligeables. Cependant, nous n’avons pas le droit de baisser les bras car beaucoup de ces aspirations de la Kabylie attendent d’être réalisées. Cela est du domaine du possible pour peu que tout le monde se mette au travail. Et par travail, j’entends le terrain extra-politique, seul engagement qui finit par apporter ses fruits. A titre indicatif, je rappelle que la problématique amazighe (linguistique) a avancé grâce à tous ces engagements qui se font sans bruit sur le terrain de la production.

Ouyahia est allé se recueillir sur la tombe de Guermah Massinissa. Quelle lecture en faites-vous ?ll Ouyahia est d’abord un Algérien comme vous et moi. Et à ce titre, il a le droit d’aller où il veut. Mais le plus important et qu’il s’agisse d’un représentant de l’Etat qui, devant la tombe du premier martyr du Printemps noir, reconnaît les égarements du pouvoir. En plus de cette reconnaissance, je perçois son geste comme une réparation morale. Ce geste fort implique la reconnaissance de statut de martyr à tous ces jeunes (Dieu leur accorde sa miséricorde).

A ce propos, où en êtes-vous avec le dialogue en cours ?ll Nous attendons que les engagement de Ouyahia se concrétisent sur le terrain. Cela dit, nous aussi (le mouvement citoyen, ndlr) avons notre part de responsabilité dans la concrétisation de ces engagements, puisque nous sommes partenaires dans leur mise en œuvre.

On parle de la révolution des “indus-élus” en Kabylie, mais pas à Bouira.ll Jusqu’à preuve du contraire, Bouira c’est la Kabylie…

Oui, mais pourquoi s’agissant de Kabylie, on parle justement que de Tizi Ouzou et Béjaïa.ll C’est le représentant de l’Etat qui a parlé de Tizi Ouzou et Béjaïa. Nous avons tout de suite réagi pour lui rappeler que le protocole d’accord signé avec le représentant de l’Etat parle de la Kabylie dans son ensemble, c’est-à-dire y compris Bouira. Pour nous, les “indus-élus” de Bouira seront révoqués.

Les “archs” dits non-dialoguistes appellent à une marche et à une grève généralell Ces “archs”, comme vous dites, nous ne les avons jamais vu sur le terrain depuis l’entame du dialogue. En fait, il me semble, selon ce que j’ai lu dans la presse, que ces “archs” sont motivés par des considérations électoralistes. J’ai bien lu dans un journal les propos suivants, attribués à un soi-disant délégué de ces “archs” : “Nous participerons aux élections pour barrer la route aux aventuristes”. Je me pose la question suivante : qui est “nous”? Vous comprenez qu’il ne peut s’agir que d’un parti politique car comme vous le savez, le code d’honneur et les principes du mouvement nous interdisent l’implication dans des échéances électorales, avant la satisfaction de la plate-forme d’El-Kseur.

Vous allez marcher ?ll Non, pour cette fois, nous invitons les citoyens à venir assister au meeting que nous organisons aujourd’hui sur la place publique. Je saisis cette opportunité pour inviter les citoyens à marquer cet anniversaire dans la sérénité, le calme et la sagesse et surtout à déjouer toutes les manœuvres qui vont essayer de diviser les rangs.

Propos recueillis par T. Ould Amar

Partager