Peine capitale pour avoir tué et mutilé son mari

Partager

l Le tribunal de Boumerdès a requis hier la peine capitale à l’encontre de deux personnes- O. Halima et H. Ali-pour le chef d’inculpation de meurtre avec préméditation.

Les faits de cette affaire criminelle remontent au 13 novembre 2003, lorsque la première personne citée se présenta au commissariat de police de Dely Brahim pour déposer un avis de recherche concernant son mari, disparu depuis deux semaines. Une photo lui est, alors montrée. “C’est fort probablement, celle de mon mari,” a-t-elle dit à la police.

La police avait découvert, en fait, en date du 13 octobre de la même année, la tête d’un homme au niveau de la plage Sidi El Hadj à Tamentfoust. On interroge Hasna, la fille de O. Halima, et cette dernière a répondu que cette serait à 60% celle de son père. L’enquête policière se poursuit. Et Hasna a fini par avouer que sa mère et un ami de la famille, H. Ali, sont les auteurs du crime. Crime crapuleux, puisque la victime ne s’attendait pas à un tel sort, dans la nuit du 22 octobre 2003. Entré chez lui la maison vers 2h du matin, en état d’ébrieté, H. Abdelhamid, fut sauvagement tué par les deux mis en cause.

Sur corps sera découpé à l’aide d’une scie, peu après, avant d’être jeté en plusieurs morceaux, à Oued Hydra, El Hamiz et Haï Ben Hamouda.

L’enquête a fait ressortir que H. Abdelhamid a été tué pour avoir refusé de donner sa fille (Hasna) à “l’ami de la famille” sus-mentionné.

Lors de l’audience, les deux inculpés, ont catégoriquement rejeté l’acte d’accusation.

Le représentant du ministre public, s’en tenant aux faits prouvés par l’enquête judiciaire, a prononcé contre eux la peine capitale.

Sentence maintenue par le président du tribunal de la circonscription de Boumerdès.

Salim Haddou

Partager