“Loin de la profondeur que je souhaitais”

Partager

Le président de la République vient d’annoncer officiellement son désir de réviser la Constitution, même si cette éventualité était devenue certitude depuis quelques mois.

Il a choisi le moment symbolique de l’ouverture solennelle de l’année judiciaire pour mettre fin au suspens, et donner les grandes lignes de la révision qu’il projette d’opérer. Au vu des têtes de chapitres annoncées, en attendant de voir le texte dans son ensemble, le président de la République semble vouloir “pousser” dans la direction patriotique avec une vision pour l’Algérie de demain plus équitable, notamment envers les femmes qui constituent 50% de la population. Nous apprenons, dans la foulée, les causes du retard de l’annonce de la révision de la Constitution dues, selon le Président, au “poids des engagements autant que les priorités nationales ou encore la multiplicité des consultations,” et d’ajouter que s’il a recours à la voie parlementaire, il n’exclut nullement la piste référendaire à l’avenir.

“La multiplicité des consultations” a été probablement la cause de l’introduction des “amendements partiels et limités, loin de la profondeur, du volume et même de la forme que je souhaitais donner à ce projet de révision constitutionnelle,” a ajouté Bouteflika. Avec cette annonce, la scène politique nationale va s’animer de manière intense, et le coup de starter et donné à une activité politique, et ce jusqu’aux présidentielles d’avril 2009.

C. A.

Partager