Une soixantaine d’artistes se produira à la Maison de la culture

Partager

Une soixantaine d’artistes se produira durant le mois sacré à Tizi-Ouzou, précisément à la Maison de la culture Mouloud-Mammeri. Pratiquement tous les grands noms et vedettes de la chanson kabyle seront au rendez-vous. La ville des Genêts renouera certainement à l’occasion avec l’ambiance des grands jours. Le ton a été donné lundi dernier par le premier gala animé par le trio Kaci Boussad, Djilali Hammamma et le groupe Akfadou. Le lendemain c’était au tour de Massa Bouchafa et Ali Meziane de monter sur la scène de la grande salle de la maison de la culture. Aujourd’hui Rabah Asma et Moumouh s’uniront l’espace d’une soirée pour tenter d’emballer les soirées ramadanesques de Tizi. Car jusque-là et selon l’avis de plus d’un, l’animation n’a pas atteint son paroxysme en ville encore moins à la Maison de la culture. Les melomanes ne vont quand même pas attendre la production de Allaoua prévue les 6, 7, 8, et 9 septembre pour se jeter corps et âme dans l’ambiance que seuls les artistes savent créer ! En tout cas, avec Allaoua, considéré à juste titre comme le prince de la chanson kabyle, l’ambiance est garantie. Akli Yahiaten reprendra le flambeau le lendemain du 4e gala de Mouloud Allaoua. Yasmina, Hacène Ahrez, Cherif Hamamni, Makhluf, Guerbas… sont invités à animer au moins un gala. Surprise, cette année connaîtra le retour de Fahem qui sera à l’affiche le 31 août prochain.

Tout ce beau monde aura pour mission d’arracher Tizi-Ouzou de sa monotonie. Une monotonie qui ne lâche pas les différents localités et les villages de la wilaya qui vivent des soirées fades, faute d’alternatives. Il faut dire, en effet, que Tizi-Ouzou ne possède pas mille “maison de culture”, à part, en effet, la maison de la culture Mouloud-Mammeri qui propose des plateaux royaux à l’occasion de ramadan. Aucune autre institution ne fait de même.

Résultat des courses : les habitants de Tizi-Ouzou se retrouvent dans des cafés maures s’adonnant à des jeux, avec toutefois “un bonus” propre au mois de jeûne. Il s’agit du fameux jeu du loto qui a cette magie de pouvoir tenir éveillée la wilaya jusque tard dans la nuit, quitte à se réveiller le lendemain mollement, comme elle le fait d’ailleurs durant ces journées particulièrement caniculaires, un mois qui ressemble à tous les précédents, du point de vue ambiance nocturne et diurne et où la mercuriale a flambé cette année encore à l’arrivée du mois de la Rahma !

M. O. B.

Partager