Le sort de l’intendant entre les mains de la commission paritaire

Partager

Le CEM Alioui Ahmed de Haïzer semble avoir renoué avec la sérénité et le calme depuis que l’économe était devenue indésirable et surtout après deux journées de grève observées le 22 et 23 septembre dernier. On ignore à présent le sort réservé à cet intendant et selon le directeur de l’éducation de la wilaya de Bouira, il reste à ce que la commission paritaire tranche sur ce dossier. Un dossier assez épineux car toutes les allégations, portées par l’intendant envers le chef de l’établissement, ont été formellement démenties. En effet, M. Karrou, directeur du CEM Alioui Ahmed, nous a fait part de sa surprise en apprenant que l’intendant l’accusait d’être à l’origine d’un complot fomenté à son adresse. Pour M. Karrou, il est inimaginable qu’un responsable d’établissement scolaire puisse envisager monter des coups aussi bas. “Je n’ai eu connaissance de la grève que le jour même de ce mouvement de protestation à 8h 45 comme je l’ai confirmé devant la commission de la direction de l’édcation. Une décision prise par les enseignants qui m’a surpris car les élèves étaient présents dans la cour.” Pour le directeur de cet établissement, la liste des rapports adressés à la direction de l’éducation pour se plaindre des agissements est très longue. On apprendra par ailleurs, qu’il y aurait pas moins de 24 rapports accablants l’intendant depuis 2007 à ce jour. Le directeur de l’éducation de la wilaya de Bouira nous a lui-même confirmé qu’un nombre important de dossiers avait effectivement été réceptionné par la direction de l’éducation concernant les agissements de l’intendant. Parmi l’ensemble des griefs retenus contre l’économe du CEM, des rapports tendus et des relations insidieuses avec les travailleurs de l’établissement. Pour M. Karrou, le directeur du CEM, même le personnel féminin s’est plaint de harcèlement et de relations ambiguës. A propos de l’examen d’intendant auquel l’économe a été admis, M. Karrou se révélera affirmatif en disant que “la réglementation ne lui permet pas de passer l’examen d’intendant en étant lui-même sous-intendant stagiaire, d’autant plus que son dossier n’a pas été visé par le chef d’établissement”. Dans la foulée et concernant l’ensemble des accusations portées par l’intendant contre le directeur, les OP de l’établissement, ainsi que les professeurs et les adjoints d’éducation nous ont adressé une pétition en dénonçant les dires de l’intendant. “Nous, enseignants et adjoints d’éducation du CEM Alioui-Ahmed de Haïzer, nions catégoriquement l’accusation d’être manipulé par le chef d’établissement et nous lui rappelons (à l’intendant ndlr) qu’en 2006 c’est grâce à la clémence et au pardon de ce personnel qu’il a été réhabilité dans son poste.” La déclaration a été signée par 22 personnes entre enseignants et adjoints d’éducation. En attendant, que la commission paritaire de la direction de l’éducation statue sur le sort de l’intendant au cours de cette semaine, et étant donné que toutes les tentatives de médiation pour réconcilier les deux parties soient vaines, il est vraisemblable que la mutation de l’économe soit la seule issue de sortie de crise.

Hafidh B.

Partager