Accueil Littérature La montagne kabyle : lieu de vie et source d’inspiration littéraire /...

La montagne kabyle : lieu de vie et source d’inspiration littéraire / Par ton nom, Djurdjura…

4513

La montagne kabyle, en tant que cadre physique, imaginaire collectif, réceptacle des valeurs d’authenticité et mythe fondateur, fait partie intégrante des éléments qui composent le corps d’un volet important de la littérature kabyle, celui de la chanson.
Le thème et le cadre de la montagne s’accordent à toute les créations de l’esprit de cette région : conte, poésie, aphorismes, apologues, devinettes et poésie chantée.

Des locutions et des expressions courantes renvoient à l’image de la montagne. Ainsi,  » yezzid amrar i wadrar « , (il a entouré la montagne avec une corde) signifie : il a fait un long détour pour arriver à son but, et au sens figuré : il a tourné autour du pot. Une kyrielle de locutions de ce genre est présente dans le langage quotidien des Kabyles.
Cette forte prégnance d’un élément de la nature n’est, bien entendu, pas due au hasard. Le Mons Ferratus tel qu’il est nommé par les Romains, englobant le Djurdjura et les Bibans d’en face, est considéré à juste titre comme une forteresse imprenable, un refuge utérin et un humus généalogique et même hagiographique. Cette masse imposante, prenant naissance- pour les spécialistes de la géographie physique- de Tigrimount(sur les hauteurs de Lakhdaria) et allant jusqu’au mont Aghbalou(Toudja, surplombant El Kseur), a toujours été un lieu d’habitat, de vie et aussi de lutte signalé depuis la plus haute Antiquité. À l’origine, cinq tribus ont peuplé ce massif. Elles étaient appelées les Quinquégentiens par les Romains. ‘’Il est probable que, dès le départ, le massif kabyle a constitué un bastion d’irrédentisme ou de relative marginalité : la révolte des Quinquégentiens contre le pouvoir impérial, au milieu et à la fin du 3e siècle, en sont un signe. Le nom même de ces ennemis de l’Empire est significatif :les Quinuégentiens, c’est les cinq confédérations, preuve que le tissu social était à l’époque romaine ce qu’il est à peu près au début du 19e siècle, une mosaïque de groupements’’ écrit Tassadit Yacine dans  » L’Izli ou l’amour chanté en kabyle  » (Bouchène, 1990).
Le massif kabyle a continué à opposer une résistance farouche à toutes les tentatives d’occupation et de soumission. À l’arrivée des Turcs, deux royaumes kabyles, régnaient sur le massif :le royaume de Koukou sur le versant nord et le royaume des At Abbas sur les crêtes du sud correspondant aux Bibans. Cette relative autonomie politique sera doublée d’un particularisme social et culturel qui dure jusqu’à temps présent.
L’autre particularité du massif du Djurdjura est sa densité démographique qui est nettement disproportionnée par rapport à ses potentialités. L’on peut dire que la richesse de la Kabylie ce sont ses hommes. Ces derniers, nourris du sens de la dignité et du réflexe de labeur, psalmodient la patrie montagnarde, chantent le hosanna des fiers pitons et célèbrent les valeurs morales et culturelles de la Montagne.
Symbole d’authenticité et de pureté la montagne est aussi foyer de lutte et de résistance. La prise de Larbaâ Nat Iraten en 1857 par les troupes françaises signifiait l’acte final de la soumission et de la pacification de l’Algérie du nord. Comme il signifiait la violation de l’intimité de l’âme montagnarde. L’embrasement des maquis kabyles, moins d’un siècle plus tard, sera une revanche inéluctable sur une humiliation jamais consommée.

Cantiques du pays natal

‘’Les chemins qui montent’’ décrits par Mouloud Feraoun mènent à Ighil n’Zman. Tasga est le lieu symbolique de la Montagne chez M.Mammeri. Slimane Azem chante l’immaculée dignité de notre montagne :
Du temps où le Djurdjura
Était habité par des hommes vaillants,
Nous disions son nom avec fierté.
Haut Djurdjura !
Côte d’Azur algérienne !

Hassan Abassi, dans un bel hymne émouvant de beauté nous offre un tableau fabuleux de la Montagne et des villages qui en constituent la perle :

Beau est mon pays
Aimé du monde entier !
Toutes les vertus y sont présentes :
Charme, dignité respect.
Jamais son fils ne sera embarrassé
S’il en vante les mérites à l’étranger.
Beaux sont ses monts
Colonnes élancées dans le ciel !
Beaux sont ses villages
Scintillant telles des étoiles !
Dieu protège ses enfants,
Montre-leur le droit chemin.

La chanteuse Nora, dans une succulente envolée lyrique, hèle Djerdjer :

Cher mont du Djurdjura
Meilleur d’entre tous
Mon cœur t’aime fortement.
Combien d’hommes valeureux as-tu donnés,
Aux paroles bien pesées !

La Kabylie, en tant que bastion des luttes et de la résistance, sera le sujet d’inspiration le plus puissant de Mohand Saïd Oubélaïd :
Brise apporte mon salut
Aux enfants de mon pays.
Aux monts kabyles
Où sont tombés mes frères.
Dans le même sillage, Akli Yahiatène célèbre ce ‘’foyer de la résistance’’ :

Mont Djurdjura, mont de Lumière,
Bastion des combattants !
Ceux-là qui ont donné leurs vies
Ont laissé triste mon cœur.

Aït Menguellet, dans ‘’Amacahu !’’, présente la montagne comme une source d’écho qui a insufflé courage et bravoure aux enfants de la Kabylie pendant la guerre de libération :
Conte soit dit
Sur la montagne qui a rendu l’écho
Son emprise parvint à ses enfants

On remarquera que la prégnance de la montagne est si forte que des groupes de chanteurs prennent pour noms d’artiste le mot ‘’montagne’’ ou le mot ‘’Djurdjura’’. Le groupe Idourar(Kaci et Loualia Boussâad), le groupe Djurdjura(Abouda),…
Idir ‘’conseille’’ à ceux qui cherchent à vivre dans la dignité de rallier la montagne ; là il pourra ‘’manger le gland à cupule’’.
Ferhat, dans une ironie mordante, chante à sa manière la beauté de nos montagnes :
Les montagnes sont réellement belles,
Je jure par ma tête qu’elles sont belles
De la beauté de la faim !
Ici, le chanteur introduit la dimension sociale(misère, chômage,…) qui relativiserait ‘’l’amour platonique’’ de cette beauté ; elle serait même une ‘’coquetterie’’ esthétique dans une région asphyxiée par les difficultés et la répression.

Refuge utérin

‘’L’aigle auquel manquerait la montagne serait un simple oisillon’’ disait Aït Menguellet à propos des montagnards qui quittent le bercail pour chercher du travail ailleurs.
Et celui qui aura échoué de bien gagner sa vie à l’extérieur sera bien recueilli par cette montagne pleine de mansuétude :
Celui qui aura, par malchance,
Les ailes brisées,
Saura où se diriger :
La Montagne saura cacher son scandale.

C’est aussi Aït Menguellet qui évoque ‘’Yellis Budrar’’, la fille de la Montagne, ayant souffert et perdu son fils pendant la guerre, guerre censée apporter liberté et bien-être :

J’ai vu la fille de la Montagne
Ma raison en est hébétée.
Attendant sur un rocher ;
Fille anonyme tenant son enfant
Comme toutes celles qui peuplent nos villages.

Lounis représente la Kabylie de montagne par un berceau et ses villages comme une perle embellissant le massif :
Je chante notre berceau
Le voilà suspendu dans le ciel !
Son fils, quel que soit son point de chute,
s’en souviendra.
Lorsque nous regardons tes montagnes, mon pays,
Suave devient note vision !
Notre âme s’accorde à ta terre, mon pays,
Elle n’existe que par elle !
Loin de toi, l’ennui guette nos cœurs.
Celui-ci se rappelle un chant,
Celui-là voit l’image des rivières.
Lorsque nous regardons tes montagnes, mon pays,
Ils nous insufflent leur force.
Notre âme s’accorde à ta terre, mon pays,
Cette terre qui nous a élevés !
Mon pays est colliers autour des monts
Attachés sans cordes aux montagnes.

Celui qui incarne aussi le montagnard par la voix et la vocation, c’est bien entendu Matoub Lounès. Il a chanté de toutes ses entrailles la Kabylie avec ses monts et ses vaux, son ciel et sa terre, son air et ses fragrances :

O Monts du Djurdjura,
Nous nous sommes vus hier dans le rêve !
(…) Montagne des At Iraten
Par delà Michelet passons
Vers Akfadou, grande Place,
Bastion des combattants.
(…)Le Djurdjura et l’Aurès font un,
et les Imazighen sont leurs enfants.
(…)Le Djurdjura appelle l’Aurès !
Grabataire dans un hôpital suite aux balles qu’il reçut en octobre 1988, Matoub crie sa douleur et attend de la population une réaction à la mesure de l’événement :

Le regard se dirige vers la montagne
Pour savoir s’il y a du nouveau.

Par ton nom Djurdjura…
La célébration de la montagne du Djurdjura par Cherif Khedam est l’une des plus émouvantes par son éloquence romantique et sa vision épique. Dans plusieurs de ses chansons, il revient à la montagne soit en la nommant directement soit en évoquant quelques éléments forts qui la constituent :
Par ton nom, ô Djurdjura,
Je marche fièrement
La tête haute.
L’air pur y est en permanence
Brise revigorante,
Le malade y guérit sur-le-champ.
Ta vue me suffit, elle me rassasie ;
Mieux que si tu me donnais de l’or.
(…)Je proclame ton nom et prends mon chemin
Je braverai terre et mer.
Je te vois dans le rêve, même loin de toi,
Mon cœur aime à te voir ;
T’abandonner le rendrait fou
Ô Plus belle de toutes les montagnes !
Dans une autre composition, C.Khedam chante la force morale, la dignité inébranlable de nos buttes et collines qui ont fait face aux envahisseurs de tous bords :

Vents et tonnerres fulminent
Mais n’ont pu ébranler les collines de mon pays.
Combien d’ennemis auxquels il a fait face
Armés de colonnes et de soldats !
L’exilé qu’il hèle est ramené dans son giron ;
S’il passe par-delà le col, il le protégera de sa tunique.

Plusieurs autres poèmes de Cherif Khedam reviennent sur le thème de la montagne et des valeurs qui font son honneur. ‘’Ger sin iberden beddegh’’( debout à la croisée des chemins), Aha kker zwi imanik( vas-y dépoussière-toi), …sont autant de chefs-d’œuvre que notre jeunesse doit découvrir et dépoussiérer.
Un poème-apothéose sur le Djurdjura a été élevé au panthéon des œuvres éternelles par un trio d’artistes d’un immense talent que l’on ne pouvait réunir que pour une cause aussi noble. Ben Mohamed, ciseleur du verbe, M’djahed Hamid virtuose de la musique et Nouara diva de l’interprétation féminine se mirent en ‘’conclave’’ au milieu des années 70 pour asseoir une partition en hommage au Mons Ferratus kabyle :

Djerdjer debout dans le ciel
Fier, il dresse sa tête.
Caché sous son capuchon
Irrité par ceux qui ont trahi sa cause.
Le col de Tizi n’Kouilal se met à tempêter
Qui pourra ouvrir vers lui le chemin (sur la neige) ?
(…)Djerdjer vogue dans les cieux,
Et nous, nous le suivons des yeux.
Ne croyez pas qu’il veuille s’exiler,
C’est l’Ahaggar qui l’a hélé.
Chenoua se faufile tel un perdreau.
Tous vont se rencontrer aux Aurès !

Amar Naït Messaoud
[email protected]