«C’est une reconnaissance de ce qui s’est passé»

Partager

M Benyounès que nous avons rencontré après l’inauguration de la «place du 17 Octobre 1961» à Aïn El Hammam, a bien voulu nous parler de ses activités au sein de la fédération de France et nous livrer quelques informations sur la guerre menée en France durant la colonisation. On apprendra entre autres que la manifestation du 17 Octobre qui avait regroupé plus de quatre vingt mille (80 000) personnes, n’était pas spontanée. Au contraire, elle avait été décidée par les responsables en Allemagne, sur proposition de la fédération de France. Parlant de l’origine de cette manifestation, il précisera qu’elle avait été décidée en réaction au couvre feu (qui se voulait aussi une provocation), instauré par Michel Debré et Maurice Papon pour affaiblir l’organisation et faire saboter les négociations avec le FLN. Le couvre feu devait éviter aux Algériens de se rencontrer, la nuit, dans les cafés. À partir de cette date, Mr Benyounès fut nommé coordinateur de la fédération de France jusqu’à l’indépendance. Concernant cette baptisation, notre interlocuteur nous répondra que «c’est une reconnaissance de ce qui s’est passé une trace indélébile de ces événements». Quant à la fédération de France dont il a été le responsable durant plusieurs années, il dira qu’elle avait obtenu le statut de «wilaya sept» à partir de 1959. Pour d’amples informations, M. Benyounès nous demande de nous référer à son livre.

A.O.T

Partager