1re promotion d’instituteurs du primaire en tamazight

Partager

Les lauréats de première catégorie (langue amazighe) étaient composés de 29 diplômés dont 10 garçons et 19 filles. Par ailleurs, la deuxième promotion des instituteurs du primaire est celle de la langue arabe. Ils étaient composés de 49 diplômés dont 9 garçons et 40 filles.

Cette cérémonie a eu lieu à l’Institut de formation et de perfectionnement des maîtres (IFPM) de Ben Aknoun. M. Mesbah, inspecteur de l’Académie d’Alger-Centre, M. Daoudi, directeur de l’IFPM, les directeurs centraux du ministère ainsi que des enseignants de l’Institut, ont pris part à cette cérémonie.

En outre, M. Benbouzid a tenu à féliciter ces promotions. Il a aussi, notamment mis l’accent sur le rôle des Instituts de formation et de perfectionnement des maîtres (IFPM) qui ont été créés en 2003, en application des décisions du Conseil des ministres du 30 avril 2002, dans le cadre de la réforme du système éducatif : « Ces Instituts ont pour mission la formation initiale des enseignants du cycle primaire et leur perfectionnement, et éventuellement, leur recyclage dans le cadre de la formation en cours d’emploi », a-t-il déclaré. Il a insisté sur la formation en cours d’emploi des enseignants des deux cycles primaire et moyen qui touche 63000 enseignants, d’ici à 2015. Ainsi et pour relever le niveau éducatif, M. Benbouzid a précisé que son département ministériel vise la mise en place d’un système global de technologie de l’information qui intègre la connectivité de toutes ses structures et la mise en œuvre des solutions informatiques qui puissent répondre, à terme, aux exigences de la réforme de l’amélioration de la qualité d’enseignement et à l’ensemble des besoins de l’Administration centrale et locale.

Par ailleurs, les enseignants sont choisis parmi les bacheliers qui en expriment le vœu dans le cadre du dispositif d’orientation mis en place conjointement par le ministère de l’Education nationale et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Pour ce qui est de la prestation de ces nouveaux enseignants le ministre a également affirmé que leurs stages comprennent un volet académique visant la maîtrise de toutes les matières enseignées à l’école primaire et d’autres matières susceptibles de contribuer à l’enrichissement de la culture générale des stagiaires. Et cela, d’autant plus qu’ils contiennent aussi le volet professionnel visant à doter les futurs maîtres savoirs et savoir-faire fondamentaux qu’exige la profession d’enseignant, à savoir la psychologie de l’enfant, la pédagogie générale et appliquée et des stages pratiques. en outre il faut aussi compter un autre volet qui est aussi important, il s’agit du volet éthique qui vise notamment à asseoir chez les futurs enseignants un ensemble de savoir-être, fait de morale civique et professionnelle, d’attitudes et de comportements dans les relations avec les membres de la communauté éducative au sein du système éducatif et de la société en général. En Algérie on compte huit instituts de formation et de perfectionnement des maîtres, implantés dans des ex-instituts de technologie de l’éducation, localisés à Alger (Ben Aknoun), Bechar, Tiaret, Saïda, Constantine, Mostaganem, Ouargla et Oran.

En plus, il est à noter que la répartition globale des effectifs en formation dans les IFPM pour l’année en cours, a touché 857 stagiaires dont 288 en première année, 261 en deuxième année et 308 en troisième année. L’IFPM de Ben Aknoun compte 169 stagiaires dont 47 en première année, 44 en deuxième année et 78 en troisième année.

Selon M. Daoudi, c’est le seul IFPM pour le moment qui dispense l’enseignement de la langue amazighte. On compte au niveau de cette filière, 54 stagiaires dont 12 en première, 13 en deuxième et 29 en troisième année. Le major de promotion a obtenu une moyenne de 15,13/20, les quatre suivants ont obtenu plus de 14/20.

Kafia Aït Allouache

Partager